LE PARISIEN – Contestation lycéenne : «Nos armes, ce sont nos smartphones»