fbpx

HOAXBUSTERS

logo_header_actions

Hoaxbusters est un module d’éducation aux médias et à l’information qui repose sur une pédagogie interactive, des études de cas et des exercices en classe. Ce module d’éducation aux médias et à l’info est réalisé en 4 séances. Lors de la première séance, les intervenants de Génération Numérique traitent du message I et commencent à traiter le message II qu’ils terminent lors de la deuxième séance. Le troisième , ils abordent les messages III, IV et V, et le dernier jour, ils font un exercice pratique. Les modalités pédagogiques, diaporama, utilisation de vidéos, jeux en groupe ou ateliers pratiques sont variés et s’adaptent aux élèves dans leur diversité.

Vous souhaitez une intervention dans votre établissement ?

Les complots rigolos

8h (4x2h)

Jour 1 :

Message I – Attirer l’attention sur le mélange des genres fiction et réalité et leurs effets.

Comprendre qu’une histoire ou un scénario ne constitue ni une connaissance, ni une explication rigoureuse. 

Illustrer que le story telling, principe narratif, peut altérer la compréhension des faits.

Montrer que les techniques de l’image sont au service d’un discours ou d’une idée.

Moyens : Story telling et technique de l’image

  • Analyse du montage, voix-off, habillage sonore, utilisation de champs et contre-champs, (re)cadrage de l’image…. Le story telling, outil de fiction, est peu transposable à la compréhension de la réalité.

Jour 2

Message II :  Comprendre pourquoi nous devons nous méfier de nos propres raisonnements et parfois penser contre nous-mêmes

Introduire la notion de biais.

Montrer que ces biais sont une source inconsciente d’erreur majeure.

Moyens : Les biais

  • Biais de perception : illusions d’optique, paréidolies…
  • Biais de raisonnement (ou biais cognitifs) : erreurs de raisonnement liés à l’utilisation préférentielle du système 1 chez l’être humain.
  • Biais comportementaux : nous n’agissons pas toujours de manière rationnelle ; nos comportements sont parfois influencés par des normes sociales qui s’imposent à nous.

Ateliers : Biais cognitifs niveau 1 et 2 si le temps et la compréhension et la maîtrise des biais par le public le permet (pour le niveau 2).

Jour 3

Message III – Prévenir les effets des discours trompeurs et/ou manipulateur. Éviter de mal défendre une cause par l’usage d’arguments fallacieux.

Introduire la notion de rhétorique, “ l’art de présenter notre pensée de la manière la plus pertinente possible. ”(Clément Viktorovitch)

 Montrer que l’emploi de certains propos, d’une certaine manière pour convaincants qu’ils puissent être, est parfois infondé, illogique ou fallacieux. 

Ateliers : Élection du roi du monde, Joute verbale, Jeu de rôle parents-enfants, Effet puits (horoscope + prénoms) 

Message IV – la méthodologie du doute raisonnable : la démarche scientifique

Proposer une méthode afin d’évaluer la crédibilité d’une source, c’est-à-dire l’origine d’une information ou d’une connaissance au sens plus large.

Moyens :

  • Effectuer de la recherche sur la fiabilité d’une source
  • Identifier et faire de la recherche sur l’auteur.ice
  • Aller plus loin que les titres (et sous-titres)
  • Évaluer le contenu au moyen de l’échelle des preuves et du curseur de vraisemblance

Message V – Croire n’est pas savoir ; savoir est plus long, plus couteux, plus difficile que croire.

Objectifs opérationnels :

Montrer qu’en plus d’une méthode, il existe des outils pour nous permettre de résister aux manipulations intentionnelles ou pas.

Moyens : Outils d’auto-défense intellectuelle

  • Le débunkage et le fact checking
  • Les rasoirs d’Ockham et de Hamlon

Jour 4

EXERCICE PÉDAGOGIQUE – CRÉATION DE VIDEOS

L’objectif de cette 4ème séance est de continuer à expliquer les mécanismes de la désinformation et donner aux élèves les outils et les méthodes pour s’en défendre. 

Sur la base de 42 complots et rumeurs que nous avons identifiés, nous répartissons les classes en 5 groupes qui travailleront chacun sur une théorie. Les élèves, confrontés à ces théories, doivent vérifier les sources, détecter les mécanismes de désinformation, repérer les arguments fallacieux… L’intervenant Génération Numérique joue un journaliste en immersion dans une classe qui travaille sur l’EMI et qui apprend à débunker de fausses informations et à créer des contenus de prebunking pour les autres internautes. Le prof, présent dans la salle, peut passer dans les différents groupes pour aider et aiguiller les groupes d’élèves. L’animateur GN, lui, filme les élèves en train de travailler, les interroge sur ce qu’ils font, peut éventuellement interviewer le professeur, etc.

MODALITÉS :

Le module «Les complots rigolos» se déroule en 4 séances de 2h sur quatre journées différentes avec trois groupes différents.

Lors de la première séance, les intervenants de Génération Numérique traitent du message I et commencent à traiter le message II qu’ils terminent lors de la deuxième séance. Le troisième jour, ils abordent les messages III, IV et V, et le dernier jour, ils font un exercice pratique.

Les modalités pédagogiques, diaporama, utilisation de vidéos, jeux en groupe ou ateliers pratiques sont variés et s’adaptent aux élèves dans leur diversité.

Lors de la 4eme journée , un exercice pratique de déconstruction de théories complotistes est réalisé par les élèves, répartis en petit groupe.

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES DU MODULE

  • Aiguiser le sens critique des élèves
  • Donner des méthodes d’analyse des contenus et des techniques filmiques et narratives
  • Favoriser la vigilance vis-à-vis des contenus partagés sur Internet
  • Agir contre les stéréotypes grâce à l’éducation aux médias
  • Créer et encadrer des débats respectueux et argumentés
  • Lutter contre les stéréotypes, le racisme et l’antisémitisme

Opération "Complots Rigolos" - action d'éducation aux médias en lycée